12 Principes Bwa Kayiman en héritage à s'approprier

 Accueil  >  Introduction : Danse Essence  >  Cercles sacrés  >  12 Principes Bwa Kayiman

Texte de Pierre Michel Chéry / Contribution de Michel-Ange Hyppolite (Kaptenn Koukouwouj) 

 


12 principes Bwa Kayiman illustrent la base idéologique du choix rigoureux d’émancipation par la révolte de gens disposés de l’île de Quisqueya. Ces principes sont-ils nécessaires aujourd’hui?  Ces principes peuvent-ils encore cimenter une mise en commun concertée?


Notre intention, au-delà d'offrir cette lecture, est que le texte prenne vie davantage. Nous espérons qu'il sera empreint de plus de signification par l'apport de ta propre perception et de ton expérience de vie.


12 Principes Bwa Kayiman ont été écrits en 2009 par Pierre Michel Chéry. Ce texte est aussi publié ailleurs sur le web, Le Monde du Sud // Elsie News, par exemple. 

N'hésite pas et pose des questions, apporte tes propres explications à chacun des principes. C'est avec grand plaisir que Pierre Michel Chéry prendra le temps qu'il faut afin d'approfondir davantage la portée de ces 12 Principes Bwa Kayiman.


Nous présentons le premier principe précédé d'une introduction. Suite aux réactions, nous ferons suivre chacun des autres principes accompagnés de nos commentaires ou non.

Partage tes idées sur 12 Principes Bwa Kayiman...


En vérité, notre intention est de favoriser des échanges fructueux pour mieux grandir ensemble. Qui dit échange, dit opinion qui prend le vent. Nos opinions peuvent être identiques comme ils peuvent différer. C'est normal. 


L'important est de faire preuve de respect réciproque. Cela garantira l'intégrité de nos pensées tout au long de nos discussions relatives aux 12 Principes Bwa Kayiman.


12 Principes Bwa Kayiman - Introduction


Si une personne veut comprendre la société haïtienne en profondeur, elle ne peut faire fi des traditions du pays.


La majorité des esclaves qui se sont révoltés de 1791 à 1804 ne savaient pas écrire. C'est en communiquant de bouche à oreille qu'ils se sont entendus sur les différents lieux où ils devaient se rencontrer. C'est aussi de bouche à oreille qu'ils ont échangé à propos de ce qu'ils faisaient pour se soustraire du système esclavagiste.


En réfléchissant sur ce dit système, ils ont cerné leurs différences. En identifiant les différentes possibilités que la vie pouvait leur offrir, ils ont choisi leur orientation, leur propre voie, celle qui les menait dans une direction autre que celle des colons. Ces réflexions leur ont permis de construire leur propre vision de la vie, vision diamétralement opposée à celles des colons. 


En analysant la population du pays au cours de la période coloniale, nous avons identifié plus de 100 groupes d’esclaves différents. Ceux-ci se présentaient en nations ou tribus.


Le premier facteur qui unifia la masse des esclaves fut les conditions d’exploitation et de déshumanisation qu'ils subissaient au sein de la société esclavagiste. 


Le deuxième facteur qui créa l’unification fut l’impossibilité pour les esclaves d’envisager la vie à la manière des colons. Nous le répétons. C’est en déterminant qu’ils ne pouvaient concevoir  la vie ni percevoir le cosmos de la même manière que le colon blanc, 
que les esclaves ont entrepris des démarches pour se soustraire du système esclavagiste.

Les esclaves marrons représentaient la conscience avancée de leurs paires à ce moment-là. Cette démarcation signifia que l’idéologie des blancs (christianisme, Européen, racisme) n'a pas de prise sur le cerveau des gens qui s'écartent des croyances des blancs.


Le mouvement de révolte initial s'est fait dans le cerveau des marrons qui ont préféré vivre dans les montagnes plutôt que d’accepter les conditions du système esclavagiste. 


De nombreux principes de vie des haïtiens et de nombreuses règles d'organisation quotidienne, proviennent de la façon dont les esclaves se sont distancés du système esclavagiste durant la période d'esclavage avant même le soulèvement de l’année 1791.  


La guerre militaire fut déclenchée dans toute sa vigueur en 1791, mais la guerre de conscience idéologique a pris naissance dès la construction du premier Peristil (temple vodou) dans la colonie. À partir de ce moment, les marrons prennent leur distance de la vision des blancs. Cette démarche les portera à développer leur propre vision en tout ce qui concerne leur vie de personne à part entière. 


Nous avons recueilli 12 des plus importants principes qui subsistent dans la tradition haïtienne, pour démontrer la base idéologique qui a propulsé au Bwa Kayiman ainsi que la vision de la vie qui se discutait au cours de la cérémonie du Bwa Kayiman. Les 12 Principes Bwa Kayiman sont 12 réponses directes, 12 réponses qui se dégagent des idées qui circulaient, à l’époque, sur la façon dont les esclaves devaient vivre. 


Bwa Kayiman
 compte plus que 12 principes. Chaque haïtien est en droit de choisir les principes qu'il juge plus importants que ceux que nous présentons. Au-delà, tout héritier de l'impulsion du Bwa Kayiman doit agir en compétence et faire valoir face à l'humanité, la vision qui a motivé un groupe d’esclaves, par un mouvement concerté de révolte, à vaincre la vie infernale de la colonie dans un ébranlement implacable.


Aujourd’hui encore en 2009, nous subissons les soubresauts de ce cri de révolte.

Le premier principe qui sert de base à quel que soit le principe qui suivra est le commandement #1.


Premier Principe :

"Toute personne est une personne. Aucune personne n'en est une plus qu'une autre."


Ce principe est le plus important de tous les principes qui ont mené à, proviennent de, Bwa Kayiman.

On se rappelle que depuis que Christophe Colomb s'est permis l'appropriation de la terre des indigènes en 1492, l'occident a inventé plus d'une théorie pour classer les gens d'après leur couleur.

Quand un marron se réfugie dans les montagnes, le colon le proclame paresseux.

Cette idée était tellement puissante durant la période coloniale que personne n'admettait que c'était parce que le marron croyait toute personne une personne et qu'aucune personne n'en est une plus qu'une autre, qu'il refusait de s’assujettir aux conditions de l'esclavage.

Ce principe qui est né du combat contre l'esclavage a traversé les temps (plus de 200 ans) pour être à notre portée aujourd'hui. Ce principe est devenu l'un des proverbes le plus utilisé par les haïtiens pour dénoncer les mauvais traitements et mépris des gens, peu importe où ils vivent.

Dans la plupart des sociétés à travers le monde, c'est à partir des péripéties, difficultés, luttes et à tour de rôle que les gens admettent ce principe : "Toute personne est une personne. Aucune personne n'en est une plus qu'une autre".



Aller Simple Haiti est un titre évocateur d'un voyage à sens unique ou ouvert...
Est-ce possible que le point de départ de ce voyage soit Bwa Kayiman?
Avons-nous intérêt à revoir les principes de ce Bwa Kayiman, ses fondations, sa planification et son organisation comme base de tremplin?

Aller simple : Haïti - Bande-annonce du Groupe Pimiento | un documentaire de Will Prosper.



Section Partage

Tes idées sur 12 Principes Bwa Kayiman...

Partage à ton aise, librement !

Voici quelques exemples...
° Qu'est-ce que le texte éveille en toi ?
° Quelles actions, mouvements, la qualité de ce texte t'inspire ?
° Pourquoi l'auteur a choisi le titre 12 Principes Bwa Kayiman ?

La parole est à toi...


Pierre Michel Chéry, membre de l'Academy Kreyòl Ayisyen, est un gestionnaire, linguiste et romancier qui fait danser les mots en créole. Il fait la promotion de la langue et de la culture populaire d'Haiti. Aussi Pierre Michel Chéry contribue à la danse de la vie en créole par son implication avec les associations REKA (Rezo Kreyolis Ayisyen) et IOCP (International Organization of Creole People).






Have your say... Partagez votre pensée... Pataje komantè ou...